Transpiration excessive (hyperhidrose)

Transpirer est normal mais transpirer trop est inutile

Le corps humain est recouvert de millions de glandes sudoripares sécrétant la sueur en particulier au niveau des aisselles, du front, des mains et des pieds. Il existe plusieurs facteurs déclenchant la transpiration : chaleur, stress, fièvre, dérèglement hormonal, hérédité…

La fabrication de la sueur est un phénomène physiologique indispensable pour deux fonctions :

  1. L’élimination de toxines
  2. La régulation de la température du corps

Néanmoins, la surproduction de sueur qui peut survenir et qu’on appelle « hyperhidrose » est inutile. Elle n’élimine pas plus de toxines ni ne régule la température du corps. Elle peut heureusement être maitrisée.

Le traitement : injection de toxine botulique (Botox®)

Cette production excessive de sueur appelée hyperhidrose peut à présent être traitée rapidement, efficacement et sans danger par la toxine botulique.

Ce traitement se fait par une injection de Botox® tous les 2 cm sur la zone de transpiration excessive afin de diminuer cet excès. Il peut être accompagné par l’application d’une crème anesthésiante (Emla) sur la zone en question en cas de douleur au moment de l’injection.

Ce traitement ne présente aucune toxicité pour l’organisme.

Contre-indications uniquement chez la femme enceinte, en période d’allaitement, et chez les personnes victimes de maladies musculaires.

Résultat : remarquable pour 4 à 6 mois

Les injections de toxine botulique apportent une efficacité remarquable puisqu’en moyenne, la transpiration excessive est entièrement suspendue durant 4 à 6 mois.

Une étude scientifique publiée en 2003 a même montré que la transpiration est suspendue, au niveau des aisselles, pendant une durée de 7 mois chez 96.1 % des patients.

Les indications les plus courantes

Le traitement est le plus souvent prescrit sur certaines zones où la transpiration excessive s’avère particulièrement gênante :

  • Les aisselles : femme ou homme souhaitant éviter les auréoles sur leurs vêtements;
  • Le front (souvent dû à une réaction trop forte au stress);
  • La paume des mains (pris en charge par la Sécurité Sociale en cas de véritable handicap);
  • La plante des pieds.

Il n’existe pas de compensation par l’organisme de l’arrêt de l’hyperhidrose. Si le patient bénéficie du traitement, par exemple au niveau de son front, ses aisselles ou encore ses mains ne se mettront pas à transpirer plus. Ceci parce que l’hyperhidrose est due à une sur-réaction localisée et surtout parce qu’elle est inutile au bon fonctionnement de l’organisme.

Les mécanismes de la transpiration

La sueur est secrétée par deux types de glandes sudorales :

Sous le coup du stress ou de la chaleur, ces glandes peuvent secréter un surplus de sueur allant jusqu’à :

0
litres de sueur par jour (Hyperhidrose)